S’exalter…


Hirsute après la nuit, qu’importe? Un regard vif est la clef,

Facilitateur d’émotions comme un écheveau enflammé

Et quand tu seras dehors, remplis-toi du monde.

Tu n’auras pas à scruter. Dans ton accueillance,

Tout te sera offrande : un trou d’eau, un pan de mur ocre,

Un égout, un pigeon qui tarde à s’envoler.

Je ne dis pas de contempler ; que tes yeux soient des fouets

Et ton pas un saut natif qui sait sa victoire.

Cingler, voilà la leçon ample et scrupuleuse,

A perpétrer chaque aube et chaque crépuscule.

Ne t’investis pas chevalier effréné de l’intime.

Si à chercher l’éclat tu t’acharnes,

Toujours sera blanc ton regard. L’instantané

Pour splendeur : toi fulgurant tu pourvoiras aux ailes

Qui font le feu frémissant du réel.



Laisser un commentaire

filemone |
artmoco |
dialectique du corps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nouvelle Star Kabyle RAMI
| Les Arts Maïade
| christianlevalegant